FRANCE – Un chien massacré au cutter … en pleine rue !

Un homme a tué à coups de cutter un chien dans une rue à "Grigny" et a aussi blessé à la main le propriétaire de cet animal. Interpellé ce mercredi pour « sévices graves ayant entraîné la mort », il assure qu’il voulait protéger son propre chien, qui était pourtant parti se jeter sur son congénère.


C’est l’heure de la promenade mardi, vers 21h30. Une femme de 20 ans sort son American Staff en laisse et s’avance dans la rue du Ravin en bordure du quartier de la Grande-Borne, à Grigny. Au bout de cette artère, un parc permet aux animaux de batifoler loin du béton. Mais arrivé à mi-chemin, un homme sort de son hall avec son chien en liberté, un « croisé boxer-pitbull », selon des témoins.

L’animal de ce dernier se rue instantanément vers celui de la jeune femme. Les deux congénères se battent. La propriétaire tire sur sa laisse mais ne parvient pas à dégager son chien. L’homme, âgé de 25 ans, se jette à son tour sur l’American Staff armé d’un cutter. Il le plante dans l’épaule du chien. Cela ne lui suffit pas. Il poursuit et donne un nombre de coups incalculable à l’animal qui perd peu à peu son sang et toute vigueur.

L’animal s’écroule après de nombreux coups de cutter
Paniquée, la maîtresse de l’animal blessé appelle son conjoint qui tente de mettre fin au massacre. Mais le propriétaire du croisé Boxer-Pitbull lui assène un coup de cutter à lui aussi, et lui entaille la main. La victime se verra prescrire 15 jours d’ITT. Pendant ce temps, le chien s’écroule. Il décède rapidement. L’auteur des coups file avec son chien et disparaît.

La propriétaire du chien qui a reçu les coups de cutter va déposer plainte au commissariat de Juvisy. Le jeune homme est connu dans le quartier. Les policiers viennent donc le cueillir le lendemain à son domicile. En garde à vue, celui-ci affirme qu’il avait été mordu et qu’il était parti se faire soigner.

Il ne se rappelle pas avoir porté un coup au conjoint de la propriétaire du chien massacré, mais reconnaît avoir « donné de nombreux coups de cutter au chien », pour protéger son propre animal. Le Boxer-Pitbull n’a pas été retrouvé par les enquêteurs et le mis en cause n’a pas dévoilé où il se trouvait. L’animal pourrait en effet être saisi après les faits. Il n’était d’ailleurs ni déclaré, ni vacciné. L’homme placé en garde à vue, sera déféré ce vendredi au tribunal d’Evry.