Les robots sexuels pourraient rendre les hommes complètement dépassés

Une mathématicienne de la prestigieuse Université Havard a fait une affirmation extrêmement controversée: selon elle, il est entièrement possible que les robots  du futur dépassent largement les performances des hommes au point où les femmes pourraient décider de vivre avec des robots plutôt qu'avec des hommes.

Dr Cathy O'Neil affirme que les femmes du futur pourraient être gâtées par de fringants robots masculins qui sauraient les combler s3xu3llement en plus de faire la vaisselle et d'autres tâches ménagères.

C'est un besoin primaire d'être entouré de quelqu'un qui nous aime et avec qui avoir du plaisir , mais de nombreuses femmes recherchent également un partenaire qui est en mesure de faire sa juste part dans les tâches ménagères.

Il existe présentement cinq fabricants de robots sexuels, à travers le monde, avec des prix qui varient entre 5400 $ et 15 700 $. Le marché est actuellement dominé à 95% par les hommes. Un sondage réalisé aux États-Unis démontre que deux tiers des hommes âgés entre 20 et 61 ans accepteraient d'avoir du sexe avec un robot, contre un tiers des femmes du même âge.

Les experts affirment qu'il faudra probablement attendre 50 ans pour que les robots soient capable de bouger et parlement de façon aussi spontanée qu'un partenaire humain et d'avoir des expressions faciales qui ressemblent réellement à ceux d'un homme.

«Je pense que les hommes devraient avoir peur, affirme Dr O'Neil. Il est entièrement possible que les robots soient en mesure de dépasser largement leurs performances. À l'ère du #MoiAussi, je crois qu'il est tout à fait raisonnable de relever les standards.»

Malgré les dangers que des hackers soient en mesure de transformer le robot en un meurtrier, elle pense que le risque ne sera pas plus élevé qu'avec un partenaire masculin.

«Avec le nombre de meurtres entre partenaires sexuels humains, je ne pense pas qu'il faut s'en faire. En plus, s'ils peuvent comprendre l'anatomie féminine - et je veux dire, comprendre réellement - je me dis que ça vaut probablement la peine d'essayer!»

La mathématicienne suggère que dans le futur, les hommes et les femmes pourraient coexister mais ne pas cohabiter. Et elle pense que le résultat pourrait donner une communauté plus forte.

«Nous allons nous rassembler, en ligne ou en personne, et être plus respectueux, plus relaxe et moins tendus. Je crois que ça vaut la peine d'essayer. Alors amenez les robots !»

On a l'impression qu'il y a bien des gens qui ne seront pas d'accord avec elle...