Johnny Hallyday : Des révélations CHOQUANTES pour son coma en 2009

Dans son ouvrage inti­tulé Johnny, que je t'aime, "Pascal Louvrier" revient sur un épisode parti­cu­liè­re­ment sombre de la vie du chan­teur, suite à une opéra­tion chirur­gi­cale.

Johnny était passé proche de la mort à de nombreuses reprises. Pendant long­temps, il est apparu comme un véri­table rescapé, échap­pant à chaque fois à la Grande Faucheuse. Dans un livre en forme de portrait intime, Pascal Louvrier fait un retour émou­vant sur la person­na­lité tour­men­tée du rockeur prêt à tout pour vaincre ses démons inté­rieurs et se donner entiè­re­ment au public.

En septembre 2009, Johnny Hally­day triomphe avec son Tour 66. De passage au Zénith de Lille, il sort épuisé de la scène. « Les douleurs dorsales ne le lâchent pas malgré les antal­giques et l'alcool qu'il ingur­gite pour tenir » raconte l'écri­vain. Le rockeur prend alors la déci­sion de se faire opérer de sa hernie discale. Il est pris en charge par le docteur Delajoux le 26 novembre. Deux jours plus tard, la star tombe dans l'esca­lier de son domi­cile de Marnes-la-Coquette. Bilan : une cica­trice qui s'ouvre et Laeti­cia qui lui fait un bandage de fortune. Son méde­cin dénonce une « folie » alors que le couple ne se rend qu'en fin d'après-midi à sa clinique. Puis Johnny et Laeti­cia partent pour Los Angeles.

Les 13 heures d'avion l'épuise et sa cica­trice le lance. A son arri­vée, le person­nel de l'aéro­port se voit obli­ger de l'instal­ler dans un fauteuil roulant. « Cette image sera reprise par tous les maga­zines people"explique Pascal Louvrier. Dans sa propriété de Paci­fic Pali­sades, Johnny Hally­day prend des »cock­tails de médocs". Infec­tée, la cica­trice fait progres­ser le poison dans ses veines. Il est fina­le­ment admis d'urgence le 7 décembre, réopéré puis placé dans un coma arti­­fi­­ciel jusqu'au 14, « surtout pour éviter un arrêt cardiaque lié au sevrage forcé d'alcool » confie l'auteur.

« Dans les derniers jours, pour tenter de clamer les terribles douleurs, Johnny a beau­coup bu et beau­coup fumé. Son corps est en piteux état » révèle-t-il dans son ouvrage. Selon l'écri­vain, les méde­cins améri­cains découvrent que « Johnny est infecté jusque dans les os ». Alors que la France se prépare à lui dire adieu, le Taulier revient d'entre les morts, deux jours avant Noël. « Il ne doit plus boire ni fumer. Mais le plus inquié­tant, c'est qu'il n'a presque plus de voix. Son entou­rage s'inter­roge : Johnny pourra-t-il rechan­ter ? » décrit Pascal Louvrier.

Après une longue réédu­ca­tion et un mara­thon judi­ciaire, Johnny fera son retour. Ce survi­vant, qui a toujours tenté de profi­ter de chaque instant de la vie, a rendu son dernier souffle dans la nuit du 5 au 6 décembre 2017 après avoir tenu tête pendant des mois à un cancer des poumons.